Chez Isolavie le kWh écolo est celui qu’on ne consomme pas

demande de devis

Pour Barthélemy Lucas, Thomas Gheselle et Sébastien Motte, le développement durable, c’est l’avenir. C’est la deuxième fois en deux ans que ces jeunes entrepreneurs lillois créent une société ayant pour moteur l’écologie – la première, Sunelis, vend des panneaux photovoltaïques. Avec Isolavie, ils proposent désormais une rénovation thermique de l’habitat par l’isolement de sa toiture, de ses combles ou encore de ses parois.
« Nous avons rencontré l’entrepreneur qui a créé Isolavie à Nantes, raconte Barthélemy. Nous utilisons sa marque à Lille et en échange, il a ses parts dans notre société. Nous mutualisons nos savoirs et nos compétences, mais nous sommes indépendants.
Cet « arrangement » leur a permis d’insuffler leurs propres valeurs à cette nouvelle entreprise. Car leur foi dans le développement durable ne se borne pas à l’isolement thermique et aux panneaux solaires. Thomas est « un grand passionné de l’environnement », et d’une manière générale, les énergies renouvelables sont une thématique « qui (lui) tient beaucoup à coeur ». Le concept part d’une idée simple énoncée par Barthélemy : « Le kWh le plus écolo, c’est celui qu’on ne consomme pas. Pour ce faire, il faut mieux isoler. » Et pas question d’utiliser des matériaux polluants :

« Nous trions nos déchets de chantier, nos fournitures sont toutes recyclées, nous ne donnons pas de papier à nos clients, mais des clés USB en bois… Nous essayons de pousser la démarche le plus loin possible, pour rester en accord avec nos valeurs », poursuit-il. Et les matières utilisées pour l’isolation sont en partie recyclées, à l’instar de la ouate de cellulose, « du papier journal en flocons qui isole vraiment bien », développe Thomas.

La collaboration de ces trois amis s’avère fructueuse. Leur première création, Sunelis, a enregistré un chiffre d’affaires de quatre millions d’euros en 2010. Isolavie, depuis son lancement en janvier dernier, a déjà ouvert une vingtaine de chantiers dans la région. Et Thomas le confirme, ce n’est qu’un début : « Nous avons de grandes ambitions pour la boîte. »

www.isolavie.fr