Croix du Nord: Une filière en crise, à la recherche du soutien des pouvoirs publics

demande de devis

19 au 25 Octobre 2012

 

Une filière en crise, à la recherche du soutien des pouvoirs publics

Lors du Grenelle de l’environnement, la filière photovoltaïque était mise en avant par les pouvoirs publics pour engager la France dans la croissance verte. Aujourd’hui, elle subit une crise de confiance et enregistre de nombreux licenciements. Fin 2010, la filière représentait 24 300 emplois. Selon les estimations, elle en aurait perdu depuis environ 10 000. « Fin 2010, nous étions 440 entreprises sur la région dotées d’un agrément. Aujourd’hui, nous sommes 130 », avance Sébastien Motte, co-gérant de Sunelis, une
société d’étude, d’installation et de maintenance de projets solaires photovoltaïques et thermiques. La raison de ce renversement de tendance ? La concurrence asiatique et des mesures prises par l’État : baisse des tarifs de rachat de l’électricité produite par l’énergie solaire, baisse du crédit d’impôt de 50 à 25 %, moratoire de 3 mois sur la filière. « Entre le 10 décembre 2010 et le 10 mars 2011, tous les projets qui n’étaient pas entrés en file d’attente chez ERDF pour le raccordement ont été stoppés, raconte Sébastien Motte. Les banques ont perdu confiance. Le marché n’a pas repris. » Les effectifs de Sunelis sont passés de 28 à 22 personnes. L’entreprise a réussi à faire face à la crise en créant une seconde activité : l’isolation thermique et en formant ses salariés à d’autres métiers. « Les mesures prises par le gouvernement en 2010 étaient nécessaires, soutient le co-gérant. Certains projets étaient beaucoup trop rentables et créaient une bulle spéculative. Toutefois, ces mesures ont été particulièrement brutales et ont entraîné un véritable gâchis sur un marché porteur. » Sébastien Motte attend avant un tout un changement de communication de la part de l’État : « Nous ne demandons pas des subventions mais des signaux encourageants, notamment pour rassurer les banques. Et puis, il faudrait décentraliser la production d’électricité ou encore régionaliser les tarifs de rachat. Il faut que ce soit un choix politique. »

C. H.

Croix du Nord: Une filière en crise, à la recherche du soutien des pouvoirs publics