Questions techniques sur l’installation de panneaux solaires photovoltaïques

demande de devis

Pourquoi faut-il intégrer les panneaux solaires photovoltaïques à la toiture ?

En intégrant vos panneaux solaires photovoltaïques au bâti, EDF s’engage à racheter le kW 0.37 €. Votre retour sur investissement est par conséquent bien plus acceptable.

En effet, lorsque les panneaux solaires sont posés sur la toiture c’est-à-dire en surimposition, EDF n’achète que 0.11 € par kW produit.

Malgré un investissement plus lourd pour l’intégration, cette solution reste la plus rentable à moyen terme, économiquement parlant. Cette technique de pose est bien plus esthétique, en effet la surface du toit reste plan et de même niveau.

 

Qu’est ce que le Watt-crète ?

Le watt-crête est l’unité de puissance de production d’un panneau photovoltaïque. Un panneau de 180 Watt-crête produira 180 Watt heure à 25°C pour un ensoleillement de 1 Kw/m² (ensoleillement à midi avec un rayonnement perpendiculaire au panneau).

 

Comment le courant produit est-il injecté dans le réseau ?

Lors du raccordement par le fournisseur d’électricité, un nouveau compteur est installé, qui servira à injecter l’électricité photovoltaïque produite dans le réseau.

 

Comment savoir si je peux accueillir des panneaux solaires ?

En général, tous les bâtiments ou toitures peuvent accueillir des panneaux solaires photovoltaïques. L’installation doit être orientée vers le sud pour un rendement optimal, ainsi qu’une inclinaison entre 35 et 45°. Des installations orientées Sud-est ou Ouest avec une pente à 20° ou à 60° restent largement exploitables et la production solaire ne sera que très légèrement diminuée (10 à 15%). De plus, des zones d’ombres (batiments, arbres, cheminées…) importantes peuvent réduire la rentabilité d’un projet.

 

Quel est l’entretien de ces panneaux solaires photovoltaïques ?

L’entretien pour une installation photovoltaique est quasiment nul. Les précipitations assurent un nettoyage suffisant contre la pollution atmosphérique. Néanmoins il faut s’assurer que des feuilles mortes ou autres déchets ne viennent pas s’accumuler sur les panneaux.

 

Qu’est-ce qu’un onduleur ? Où doit-on le placer ?

L’onduleur sert à transformer le courant continu produit par les modules en courant alternatif. Ce courant est compatible à la consommation ou à la vente en l’injectant dans le réseau de distribution.

L’onduleur de votre installation solaire photovoltaïque doit être si possible installé dans un endroit frais. Des combles ou une cave avec des températures fraîches sont idéaux, car la chaleur lui est nuisible.
 

Quel est le poids d’une installation photovoltaique sur ma toiture ?

 Le poids de l’installation solaire dépend du type de panneaux et de l’encapsulation des cellules photovoltaïques.

Sunelis utilise des modules en verre-tedlar, plus performants et plus légers, dont le poids n’excède pas les 18 kilos par module.

Avec la structure de fixation et d’intégration, il faut compter environ 15 kilos par m² de toiture, ce qui n’entraine en aucun cas une surcharge par rapport aux tuiles normales. Ainsi il n’y a aucun risque pour la structure existante de votre toit.

 

Quel sera le rendement de mon installation photovoltaique ?

 Le rendement de votre installation va dépendre de :

- l’orientation de la toiture

- la pente de votre toiture

- les conditions météorologiques et les données d’ensoleillement

- la présence ou non de zones d’ombres sur les panneaux

- les caractéristiques des panneaux, de l’onduleur et des câbles électriques

Sunelis prend en compte de façon très précise tous ces paramètres pour vous délivrer une étude réelle et transparente sur les bénéfices de votre installation.

 

Quelle différence entre panneau solaire thermique et photovoltaïque ?

Le panneau solaire thermique sert exclusivement à produire de l’eau chaude sanitaire (Chauffe Eau solaire individuel) ou éventuellement pour votre chauffage (Système solaire combiné).

Le panneau photovoltaïque va transformer la lumière du soleil en électricité. La solution photovoltaïque offre des retours sur investissements plus rapides, malgré un investissement de départ plus important.

 

Est-il rentable de faire une installation photovoltaique dans le Nord de la France ?

La production d’énergie photovoltaïque se fait à partir de la luminosité plus que l’ensoleillement. Même par temps couvert, les panneaux produisent. L’Allemagne et les pays nordiques ont largement adopté ce mode de production d’énergie renouvelable.

Avec les aides locales et les subventions régionales, il est plus rentable de faire ce type d’installation à Lille plutôt qu’à Toulouse par exemple, la baisse de la productivité étant largement compensé par ces aides.

Sunelis monte pour vous les dossiers de demandes d’aides et de subventions afin d’optimiser votre investissement.

 

Produit-on par mauvais temps ?

Oui, par temps couvert sans soleil, les modules captent la luminosité et produisent de l’électricité. Le rayonnement diffus est suffisant pour produire, même si le rendement du panneau sera proportionnel à la luminosité.

 

Pourquoi l’installation est-elle raccordée au réseau de distribution public et non pas sur des batteries ?

Les intérêts de raccorder les installations photovoltaïques au réseau plutôt que sur des batteries sont multiples.

Au niveau écologique et environnemental, le réseau évite l’utilisation de batteries, qui sont des éléments contenant des quantités importantes de matière polluante (acide/plomb) et qui ont une durée de vie limitée à 7 à 8 ans de fonctionnement.

En plus, chaque kilowattheure produit par le système photovoltaïque raccordé au réseau évite la production d’un kilowattheure d’origine fossile ou nucléaire.

Enfin, un système raccordé au réseau produira pour la même surface de capteurs plus d’énergie solaire qu’un système sur batteries, qui lorsque les batteries sont pleines, ne peut plus produire d’énergie. C’est pour ces raisons que les installations photovoltaïques sont raccordées au réseau lorsque cela est possible et que l’utilisation de batteries est réservée aux sites isolés tels que les refuges de montagne ou les villages des pays en voie de développement situés loin des réseaux électriques.

 

Tout le monde peut-il s’équiper ?

Dans l’absolu, oui, tous les citoyens possédant un toit pourrait s’équiper. En pratique, SUNELIS ne souhaite équiper que les toitures correctement orientées. L’éco-citoyen devra bénéficier d’une bonne orientation avec suffisamment de surface disponible.

 

Supposons que j’installe sur mon toit une surface de panneaux solaires d’une puissance totale de 1 kWc. Quelle énergie électrique vais-je pouvoir récupérer sur l’année ?

En France l’énergie annuelle moyenne produite par 1 kWc de panneaux solaires (environ 7 m²) est de l’ordre de 1000 kWh.
La consommation électrique moyenne d’un ménage français étant de 4000 kW/h (source ADEME), il faudrait un système de 4 kWc pour satisfaire à ses besoins, soit en surface de panneau, de l’ordre de 30 m².

 

Çombien de temps pour réaliser une installation ?

La pose n’est pas très longue. En général, nous passons moins d’une semaine sur un chantier de 20 m².
Le plus long, ce sont les autorisations administratives. Au total, on estime qu’un projet prendra entre 6 et 9 mois pour être raccordé par EDF, le chrono démarrant avec le dépôt d’une demande préalable de travaux au service d’urbanisme de votre commune.

 

Vais-je consommer l’énergie produite ?

Aujourd’hui, l’intérêt pour vous n’est pas de consommer l’énergie produite mais de la vendre. En effet, EDF a l’obligation de vous acheter le kWh produit au minimum à 0,60€ pendant 20 ans. Cette obligation est contractuelle.

 

On entend dire qu’un système photovoltaïque ne produira jamais autant d’énergie qu’a nécessité sa fabrication ? Est-ce vrai ?

Bien sur que non ! Un grand nombre d’études scientifiques ont été menées par des chercheurs indépendants au sujet de l’analyse du cycle de vie et de l’énergie grise nécessaire à la fabrication des systèmes photovoltaïques. La plus récente, celle du chercheur E. Alsema de l’Université de Utrecht au Pays-Bas publiée en juin 2005, fait mention d’un temps de retour énergétique de 1,5 à 2,5 ans pour un ensoleillement correspondant au sud de l’Europe. Ramené au climat français, le temps de retour énergétique se situe entre 2 et 3,3 ans, ce qui signifie qu’un système photovoltaïque raccordé au réseau peut produire jusqu’à 10 fois l’énergie nécessaire à sa fabrication !

 

Quelle est l’orientation idéale du capteur ?

Plein sud avec un angle de 30 à 35° sur l’horizontale. Dans l’idéal il faudrait que le panneau soit toujours perpendiculaire aux rayons du soleil. En France à une latitude de moyenne de 46° un calcul simple montre que la bonne orientation moyenne (ce terme est important) d’un panneau solaire serait 46°. Si on veut favoriser le captage d’énergie en hiver, le panneau doit être orienté de manière à saisir les rayons du soleil rasants de cette saison ; l’orientation la plus favorable est alors de 60° sur l’horizontale. A l’inverse si on veut favoriser l’efficacité en été, le capteur doit être davantage couché sur le sol, pour saisir les rayons d’un soleil presque à la verticale. La bonne orientation est alors de 30 à 35 ° sur l’horizontale. C’est cette dernière valeur qui est retenue pour nos panneaux solaires photovoltaïques parce que nous voulons privilégier la production globale de kWh sur l’année, du fait du raccordement à EDF. Il faut donc favoriser le captage de l’énergie en été, quand elle est le plus abondante.

 

Pourquoi l’installation est-elle raccordée au réseau de distribution public et non pas sur des batteries ?

Raccorder une installation photovoltaïque au réseau plutôt que sur des batteries est intéressant à plus d’un titre. Sur le plan de l’écologie et l’environnement, le réseau évite l’utilisation de batteries, qui sont des éléments contenant des quantités importantes de matières polluantes (acide/plomb) et qui ont une durée de vie limitée au mieux autour de 7 à 8 ans de fonctionnement. De plus, chaque kilowatt heure produit par le système photovoltaïque raccordé au réseau évite la production d’un kilowatt heure d’origine fossile ou nucléaire. Les installations photovoltaïques sont raccordées au réseau lorsque cela est possible et que l’utilisation de batteries est réservée aux sites isolés tels que les refuges de montagne ou les villages des pays en voie de développement situés loin des réseaux électriques.

 

Quelle différence entre panneaux polycristallins et monocristallins ?

Il s’agit de deux technologies différentes de production du silicium nécessaire à la réalisation des panneaux ; la première est plus répandue et moins chère que la seconde; la seconde offre des rendements supérieurs jusqu’à 17% contre 14 ou 15% pour le monocristallin. Il existe une troisième technologie dites « amorphe » moins performante, plus facile à produire, mais plus sensible dans des conditions d’éclairement diffus (mauvaise exposition, alimentation d‘équipements électriques dans les sites isolés des régions tempérées). Maintenant, si une cellule monocristalline devrait théoriquement produire plus qu’une cellule polycristalline, ce n’est pas forcément vrai pour le panneau tout entier. Voir article. Un panneau solaire photovoltaïque doit être certifié selon la norme IEC 61215 (cristallin) ou IEC 61646 (film mince), cette certification est garante de qualité en matière de stabilité mécanique et de respect des paramètres électriques.

 

Que se passe-t-il en cas de coupure du réseau électrique ?

En cas de panne du réseau électrique, l’énergie solaire produite ne peut plus être cédée au réseau et le système photovoltaïque se met en veille. L’arrêt de la production est réalisé instantanément par l’onduleur conformément aux exigences d’EDF en matière de sécurité des biens et des personnes. Cela signifie qu’en cas de coupure du réseau, nous sommes comme les autres consommateurs, nous n’avons plus d’énergie électrique. Il existe cependant des onduleurs très spécifiques qui permettent d’utiliser l’énergie produite par les panneaux solaires même en cas de coupure du réseau.

 

Quelle est la durée de vie du matériel ?

Les capteurs solaires photovoltaïques ont une garantie de productivité sur 25 ans ! Leur durée de vie est largement supérieure à 30 ans. L’onduleur (qui transforme le courant continu en courant alternatif) est garanti 5 ans, avec une possibilité d’extension sur 10 ans. La durée de vie d’un onduleur peut être estimée à une quinzaine d’années et peut varier en fonction des conditions d’installation et d’exploitation.